le carnaval aux corbeaux, Anthelme Hauchecorne, ed le chat noir

Jess Kaan litterature 0 Comments

oyez oyez braves gens, un étrange carnaval a débarqué à
Rabenheim. Qui sont ces forains vous ouvrant accès à d’étranges attractions ?
Et pourquoi cette fête est-elle inaccessible, le jour levé?

Foisonnant : lorsque j’évoque l’univers (que dis je les univers) d’Anthelme Hauchecorne, voici le qualificatif qui me vient à l’esprit.
Cet auteur qui a démarré chez Lokomodo est un orfèvre de la langue française, il joue avec, la sculpte, la modèle, la façonne, la découpe, la fait plier à ses désirs tel un artisan consciencieux.
Soutenu par des illustrations en nb de M Coudray et L Canavaggia (belles mais pas toutes au même niveau à mon avis), ce roman est tout simplement magnifique.
Amateurs de fantastique, oubliez Harry Potter, ici l’auteur invente, mélange les mythes, les triture et génère des visions insolites.
Il y a un travail véritable de ce romancier

A la suite de Ludwig Poe et de Gabriel Grimm, deux enfants, on découvre cette malédiction pesant sur Rabenheim ainsi que ces forains exubérants, venus d’on ne sait où. L’intrigue très riche nous réserve de nombreuses surprises, des rebondissements bien amenés. Ainsi l’auteur exerce son emprise.
On ne lâche pas le carnaval aux corbeaux car rien n’y est aussi simple qu’on voudrait le croire.

C’est beau, c’est très bien écrit, on s’en délecte et tout ça pour moins de 20 euros.
Bref s’il vivait dans un pays anglophone, Anthelme verrait son livre adapté au ciné illico presto.
Hélas il habite en France et l’on ne peut que vouloir voir cet ouvrage passer les frontières.
La foire des Ténèbres de Bradbury m’avait marqué, aujourd’hui, c’est le carnaval aux corbeaux.

UNE EXCELLENTE LECTURE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *